anticosti_oiseau_faune28.jpg
Bandeau_1920x1080_nuage.png

Réserve de biodiversité projetée d’Anticosti

Dans le cadre de la préparation de la candidature d’Anticosti pour inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, une nouvelle aire protégée a été créée sur son territoire.

anticosti_icones_biodiversite_transparence_couleur.png

Une nouvelle réserve
de biodiversité

 

Anticosti est un territoire aux paysages uniques, qui recèle en son sol des éléments importants concernant l’histoire de la terre (stratigraphie) et le témoignage de la vie (paléontologie).

Une partie de son territoire est protégé et conservé par un réseau d’aires protégées. On y retrouve les réserves écologiques du Grand-Lac-Salé, de Pointe-Heath, et de la Pointe Est, le Parc national d’Anticosti et la Réserve de biodiversité projetée d’Anticosti.

LA CARTE ET LA RÉGLEMENTATION POUR PROTECTION DES FOSSILES

LA CARTE DÉTAILLÉE DE LA RÉSERVE DE BIODIVERSITÉ PROJETÉE D'ANTICOSTI

anticosti_carte_biodiversite.jpg

En 2020, le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) a créé la Réserve de biodiversité projetée d’Anticosti. Cette réserve a pour but de favoriser la protection et le maintien de la diversité biologique et des ressources naturelles et culturelles associées à l’île d’Anticosti, plus particulièrement la protection d’éléments représentatifs de la géodiversité du territoire insulaire ayant une valeur universelle exceptionnelle.

Elle vise ainsi à permettre de concrétiser l’inscription de l’île d’Anticosti comme site du patrimoine mondial de l’UNESCO, notamment en proposant un plan de conservation qui établit les objectifs de conservation, les activités interdites ou sujettes à autorisation ainsi que le zonage de l’aire protégée. Une équipe de gestion sera progressivement mise en place par le MELCC et assurera les responsabilités de protection et de gestion du site.

anticosti_phoque_faune7.jpg

Anticosti candidate pour inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO

 

Le patrimoine mondial de l’UNESCO vise à reconnaitre universellement, comme appartenant à tous les peuples, des lieux de patrimoines culturel et naturel, afin d’en assurer la conservation et de les transmettre aux générations futures.

En décembre 2017, le gouvernement du Canada a inscrit Anticosti sur la Liste indicative des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO au Canada, une étape préalable pour cette reconnaissance internationale.

 

La proposition d’inscription d’Anticosti a été déposée avant la fin de l’année 2021 au Centre du patrimoine mondial. Elle a ensuite été reçue par le Comité du patrimoine mondial dès février 2022 et évaluée par l’Union internationale de la conservation de la nature (UICN), qui doit émettre une recommandation. Une décision sur la demande d’inscription sera connue probablement au plus tard à l’été 2023.

Information additionnelle sur l’inscription d’Anticosti

Avec la participation de :
anticosti_logo_gouvernement_quebec.png

Équipe de coordination pour la candidature

 

André Desrochers, chercheur à l’Université d’Ottawa et directeur scientifique du comité de pilotage de la proposition d’inscription d’Anticosti au patrimoine mondial, est un expert reconnu en géologie sédimentaire.

 

Il est tombé amoureux de l’île d’Anticosti à la suite d’un travail d’été comme aide-géologue en 1977 et y est revenu à de très nombreuses reprises; y compris pour son voyage de noces. Il travaille avec de nombreux collaborateurs à comprendre la première grande crise ou extinction massive de la vie sur Terre telle qu’enregistrée dans les strates fossilifères de l’île d’Anticosti qui datent de plus de 435 millions d’années. Anticosti est mondialement reconnue, car on y retrouve les assemblages d’invertébrés fossiles les plus riches et les plus diversifiés couvrant la fin de l’Ordovicien et le début du Silurien.

anticosti_equipe_andre_desrochers.jpg
anticosti_equipe_katie_gagnon.jpg

Katie Gagnon est politologue, spécialiste en démocratie et participation citoyenne. Elle est coordonnatrice au développement et à la concertation pour la candidature d’Anticosti au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Katie a travaillé pour le Bureau régional de l’UNESCO à Moscou, à titre de responsable de la coordination des dossiers du patrimoine mondial et en tant que consultante pour les relations avec la société civile. Elle compte plus de quinze ans d’expérience en coordination et gestion de projets avec de multiples partenaires au niveau régional, provincial et international et possède une solide connaissance des régions du Québec, particulièrement celles éloignées des grands centres urbains.

 

À la découverte de l’île et de ses habitants

Amoureuse du territoire nordique et de ses habitants, Katie s’est aussi intéressée à la place des femmes dans la municipalisation d’Anticosti lors de son premier séjour à l’île. Passionnée de randonnée, elle a ensuite contribué sur le terrain pendant quelques années à la création du sentier pédestre de l’île.