Woods avec brouillard
Bandeau_1920x1080_nuage.png
anticosti_icones_attraits_attraits_trans

Quelques événements marquants...

Quelques repères historiques pour comprendre les différentes périodes qui ont influencé le développement de l'île.

1858

Le « feu » de la Pointe-Ouest s’ajoute au réseau de phares du Saint-Laurent et devient le troisième à être construit sur l’île, au coût de  50 000$. Élévation de 112 pieds (34m), escalier intérieur de 120 marches et 8 étages.

La compagnie Forsyth attire des colons par un projet de développement diversifié en pêcheries, mines et coupes forestières et y établit ses quartiers. La population résidante passe à plus de 500 personnes, avec des gens venus surtout d’Acadie ou de Terre-Neuve.

1872

anticosti_icone_phare.png

Une autre compagnie, cette fois britannique, The Governor and Company of the Island of Anticosti, acquiert l’île vers ces années. Elle tente de susciter l’intérêt, entreprend la colonisation des lieux et y installe son représentant. Plusieurs familles de Madelinots, de Gaspésiens ou de Nord-Côtiers sont attirés par ces annonces de grands développements.

1880

Acquisition de l’île par le Français Henri Menier, célèbre roi du chocolat, industriel d’avant-garde. L’île connaît un développement sans précédent. Henri Menier, le gardien du phare de la Pointe-Ouest à l’époque, rebaptise English Bay pour Baie-Sainte-Claire, en l’honneur de sa mère, Claire-Henriette-Clémence Gérard.

Décembre 1895

1905

Inauguration de la villa Menier; le gouverneur général du Canada, Lord Grey, y participe.

L’exploitation de la forêt anticostienne s’amorce avec l’installation de scieries mobiles pour la construction des villages. Un premier inventaire des ressources forestières est commandé à la Lumber Sales Corporation de New York et marque une nouvelle étape. Des investissements notables sont réalisés pour la production de bois de pulpe (pâte à papier). L’industrie forestière se développe autour de la Baie Ellis (aujourd’hui Port-Menier). On construit la maison des ingénieurs ainsi que des camps pour loger les travailleurs forestiers. Le lac Saint-Georges est aménagé pour la retenue des billots et le canal pour leur acheminement au « moulin des écorceurs ».

1908

Vente de l’île à un consortium de papeteries, l’Anticosti Corporation, suite aux événements depuis la mort de Menier et un intérêt moindre de la succession pour cette entreprise d’envergure. Période la plus mouvementée de l’industrie forestière, qui devient la raison première de l’achat de l’île. Port-Menier prend des allures de boom town. La population de l’île subit une augmentation exponentielle passant de 600 à 3000 personnes environ. Il y a tant de gens qu’on ne sait plus où les loger.

L’Anticosti Corporation investit dans une mécanisation du chargement du bois dans les bateaux.

1926

époque se terminant en

1931

1974

anticosti_icone_maison.png

Alors que l’île n’a plus que sa forêt pour industrie principale, on apprend que «la Consol» vend son domaine anticostien au gouvernement du Québec. La vocation du vaste territoire change avec le nouvel acquéreur.

anticosti_icone_cote_edited.png

1983

Les habitants deviennent propriétaires de leur maison. Ils ajoutent leur touche personnelle.